Trump président : comment en est-on arrivé là?

trump-obama-v1
Rencontre à la Maison Blanche entre Donald Trump, le président nouvellement élu, et Barack Obama, le président en exercice, jeudi 10 novembre 2016 (Capture d’écran)

Commençons par le commencement…ou plutôt par la fin : Hillary Clinton a bien gagné une majorité des suffrages des électeur-trice-s des Etats-Unis. Selon les derniers résultats provisoires, elle et son co-listier Tim Kaine ont en effet obtenu 64 925 492 soit 48 % des voix contre 62 562 131 soit 46,25 % des voix pour Donald Trump et son co-listier Mike Pence, avec un taux de participation de 58,4 % (1). Et pourtant, c’est Donald Trump qui a été annoncé vainqueur et qui devrait être formellement confirmé comme tel le 19 décembre prochain par le collège électoral puisqu’il aurait remporté 290 à 306 des 538 « grand-e-s électeur-trice-s » qui composent ce dernier. Lire la suite

Publicités

Changeons le système, pas le climat !

Etat d urgence climatique

Belle mobilisation les 28 et 29 novembre du mouvement pour la justice climatique, avec plus de 500 000 personnes à travers le monde qui ont pris par à des actions, marches et autres manifestations. En France également, malgré les interdictions et la répression, nous étions plusieurs milliers à être mobilisé-e-s.

Lire la suite

Non à la guerre ! Un autre monde, un monde de paix, de justice, d’égalité et de solidarité, est possible !

«  Ils haïssent ce qu’ils voient dans cette assemblée, un gouvernement démocratiquement élu. Leurs dirigeants se désignent eux-mêmes. Ils haïssent nos libertés : notre liberté religieuse, notre liberté de parole, notre liberté de voter et de nous réunir, d’être en désaccord les uns avec les autres. »

George W. Bush devant le Congrès états-unien le 24 septembre 2001

« Les actes commis vendredi soir à Paris et près du Stade de France, sont des actes de guerre. […] Ils constituent une agression contre notre pays, contre ses valeurs, contre sa jeunesse, contre son mode de vie. Ils sont le fait d’une armée djihadiste, le groupe Daech qui nous combat parce que la France est un pays de liberté, parce que nous sommes la patrie des Droits de l’Homme. »

François Hollande devant le Parlement français réuni en congrès le 16 novembre 2015

 

Au cours des cinq dernières années, de la Libye à la Syrie en passant par le Mali, l’impérialisme français a activement pris part à la nouvelle phase de la « guerre contre le terrorisme » lancée en 2001 par les Etats-Unis d’Amérique. Au-delà de la surenchère rhétorique, le choix du gouvernement Hollande-Valls d’ « intensifier » cette politique guerrière suite aux attentats du 13 novembre appelle une réponse alternative, anti-guerre et altermondialiste, tout aussi déterminée de la part des forces de gauche qui se revendiquent du meilleur des traditions anti-impérialistes et internationalistes.

Lire la suite

Congratulations comrade Corbyn !

Sources photos : Tumblr, The Guardian, Facebook.

CONGRATULATIONS COMRADE CORBYN ! Et bravo à tou-te-s les camarades, militant-e-s et citoyen-ne-s qui se sont mobilisé-e-s pour cette victoire et dont beaucoup sont en ce moment même parmi les dizaines de milliers manifestant-e-s venu-e-s accueillir les réfugié-e-s dans le centre de Londres.

C’est LA bonne surprise/nouvelle de la rentrée.

Retour en terre hellène

image

Athènes, juin 2015

Τελικός προορισμός : ελευθερία ! (Destination finale : liberté !)

C’est le thème de l’édition 2015 du festival “Résistance”, événement politique et culturel organisé depuis 2008 par l’Organisation communiste de Grèce (KOE, courant d’ex-maoistes qui a rejoint Syriza en 2007 et fait partie de sa majorité depuis 2013), et qui rassemble chaque année pendant trois soirs plusieurs centaines de participant-e-s. Invitée une première fois il y a trois ans, c’est avec grand plaisir que je retrouve les camarades de KOE, toujours aussi accueillant-e-s et chaleureux-ses. Plusieurs délégations étrangères sont également présentes : du pays basque, de Tunisie, de Turquie, du Danemark, de Russie…Au programme cette année : un meeting d’ouverture “Un monde post-néoliberal est-il possible” avec comme intervenants principaux Álvaro García Linera, le vice-président de l’Etat plurinational de Bolivie, et l’intellectuel vénézuelien Luis Britto Garcia ; un débat sur la crise de la vieille Europe avec le théoricien tiers-mondiste franco-égyptien Samir Amin et l’auteur militant britannique Tariq Ali ; et une table-ronde sur les mouvements du pourtour est de la Méditerranée avec Ertuğrul Kürkçü, président d’honneur du HDP turc, et Mouna Mathari, du Front populaire tunisien.

Lire la suite